Le contrôle technique à Mulhouse

-véhicule 4x4

Les véhicules 4x4 désignent une catégorie des véhicules tout-terrain équipées de transmission intégrale (qui peut être enclenchable, semi-permanente ou permanente) dont toutes les 4 roues sont motrices. Le système de transmission intégrale entraîne des éléments mécaniques complémentaires par rapport à un véhicule léger classique. Par conséquent, les 4x4 sont soumis à un contrôle technique complété par des tests spécifiques conformément aux particularités de ce type de véhicule. Le mécanisme de freinage est une spécificité du contrôle technique des 4x4. Le véhicule est placé sur des rouleaux fous, qui permettent de vérifier le système de freinage sans abimer la transmission. Il y a d’autres particularités des véhicules 4×4 qui tiennent surtout de la carrosserie ou de la suspension, qui peuvent entraîner l'apparition d’une défaillance critique détectée lors de la vérification technique, par rapport à un véhicule classique. Pour pouvoir accueillir un 4x4, le centre de contrôle technique doit être équipé de rouleaux fous, ainsi que d’un banc spécial pour les 4x4 de dimensions adéquates, lui permettant à accueillir ce type de véhicule.

-véhicule de collection

Tout véhicule possédant une mention “collection” sur le certificat d'immatriculation (ex carte grise) et dont la date de première mise en circulation est postérieure au 1er janvier 1960 est soumis au contrôle technique périodique. La particularité du contrôle des véhicules de collection est la périodicité : tous les 5 ans. Il y a deux exceptions qui entraînent l'exonération du véhicule de collection de la visite technique périodique : si l’automobile a été mis en circulation avant 1960 ou l’automobile a un poids supérieur à 3,5 tonnes. Un contrôle technique des voitures de collection comprend moins de points de contrôle par rapport à un véhicule léger spécifique. En cas de vente d'un véhicule de collection à un collectionneur/non professionnel, un contrôle technique doit être effectué, datant de 6 mois maximum par rapport à la date du contrat. Une autre particularité des voitures de collection concerne l’assurance : ces véhicules sont obligés par les sociétés d’assurance de suivre les restrictions sur l’usage professionnel ou sur la circulation quotidienne sur les trajets de travail.

-véhicule camping-car

Tous les camping-cars sont soumis à un contrôle technique, quel que soit leur poids maximal autorisé. Le 1er contrôle doit être réalisé dans les six mois qui précèdent la date de la 4ème anniversaire de la mise en circulation de l’automobile. A noter que les camping-cars considérés comme poids lourds doivent passer un contrôle technique différent des campings-car spécifiques. Pour passer l’examen technique, les véhicules aménagés en camping-car devront être homologués en véhicule automobile spécifique (véhicule automoteur spécialisé de PTAC inférieur ou égal à 3,5 tonnes), ce qui garantira la conformité du véhicule aux différentes normes en vigueur et annulera l’obligation du contrôle anti pollution annuel. Sinon, les véhicules aménagés devront être vidés de leurs aménagements intérieurs pour passer le contrôle. Le contrôle technique doit être fait par un centre agréé et équipé. Les contrôleurs devront être plus qualifiés et minutieux pour vérifier tous les points de contrôle. Un contrôleur vérifie maintenant 134 points de contrôle contre 123 auparavant (avant 2018). Plus de 600 défaillances constatées sont groupées par niveau de gravité, dont 129 les critiques peuvent entraîner l'interdiction de circulation pour le véhicule concerné. Ce véhicule sera quand même autorisé à circuler dans le trafic jusqu’à la fin de la même journée, afin de pouvoir se déplacer vers un centre autorisé ou garage.

-véhicule gaz

Les véhicules de moins de 3,5 tonnes qui fonctionnent au gaz pétrole liquéfié ou au gaz naturel comprimé - font l’objet d’un contrôle technique automobile léger. Un tel véhicule est soumis aux mêmes points de contrôle qu’un véhicule léger, mais aussi aux quelques points spécifiques : documentation spécifique, réservoir de gaz, protection de l’installation et circuit d’alimentation. Dans le cas d’un véhicule au gaz, la durée du contrôle technique serait alors rallongée, mais la période de validité reste identique (2 ans).

-véhicule utilitaire

Tout véhicule utilitaire de moins de 3,5 tonnes, ou véhicule utilitaire léger, est soumis à un contrôle technique périodique et aux obligations légales se rapportant aux véhicules légers, en exceptant les carrosseries de types caravanes, les fourgons funéraires ou autres types de fourgons modifiés. Un véhicule utilitaire doit être contrôlé annuellement, et ce, dès la quatrième année suivant sa mise en circulation. A partir du mai 2018, 134 points sont inspectés au sein d’une visite de contrôle technique. Une liste exhaustive de 126 défaillances techniques est utilisée lors du contrôle et peut entraîner l’interdiction de circuler si une défaillance est détectée. Chaque véhicule utilitaire léger de plus de 4 ans doit passer une visite annuelle complémentaire anti pollution touchant les points d’identification et de pollution, de dix à douze mois après son dernier contrôle technique. Un contrôle spécifique est appliqué aux véhicules utilitaires dont le moteur fonctionne grâce à des énergies alternatives : les utilitaires à moteur alimenté au gaz sont obligé à passer la vérification de l’équipement et de l’installation du système Gaz/GPL. Un autre type de contrôle spécifique s’applique aux voitures électriques et hybrides : les batteries, les coffres de batterie, les câbles à haute tension et les autres équipements électriques installés.

-véhicule électrique ou hybride (bientôt au sein de notre centre)

Depuis 2013 le contrôle technique des véhicules électriques est devenu obligatoire en France. A part les points de contrôle technique valables pour les voitures légères, les contrôleurs doivent vérifier : les batteries de traction, les câblages et connecteurs haute tension, continuité de masse, le mécanisme anti-démarrage, les prises, la protection de la prise, le câble de charge, le dispositif d’aération du coffre à batterie, les tresses de masse, ainsi que les équipements électriques et électroniques divers du circuit haute tension du véhicule. Ces mesures obligent le centre de contrôle d’avoir une équipe instruite et l’équipement correspondant aux besoins de l’examen spécial. Par conséquent, le prix du contrôle des automobiles électriques et hybrides est légèrement augmenté d’une dizaine d’euros.